Les vins estampillés HVE contiennent des pesticides.

Mardi 15 septembre, l’association Alerte Aux Toxiques publiait via sa porte-parole Valérie Murat les résultats d’une enquête fracassante. 

22 vins estampillés Haute Valeur Environnementale, label de l’agriculture raisonnée, ont été analysés et les résultats sont sans appel : 

- ils contiennent tous des résidus de pesticides, et pour cause ! 

Le label HVE, quel que soit son échelon (1,2 ou 3) autorise l’utilisation de pesticides issus de la chimie de synthèse, y compris les plus dangereux !

Tableau résultats vins HVE-page-001

Vous trouverez l’ensemble des résultats en cliquant sur ce lien : https://alerteauxtoxiques.com/2020/09/14/analyses-de-residus-de-pesticides-dans-les-vins-les-resultats-la-hve-encore-gourmande-en-pesticides/?fbclid=IwAR281dNaGfHrINXJJndIZruYLq9B0fPv5MfgH5FthlwTihqU91_8qkHhcyo

 

Communiqué du Collectif Info Médoc Pesticides : 

Le Collectif Info Médoc Pesticides qui a participé à la logistique des analyses de vins estampillés HVE, publiée mardi 15 septembre par l’association Alerte Aux Toxiques, assume et confirme son entier soutien à Valérie Murat porte-parole de l’association.
Le Collectif Info Médoc Pesticides dénonce le procès d’intention et l’intimidation dont font l’objet Valérie et sa famille.
Alors que le Comité Interprofessionnel des Vins de Bordeaux et les représentants de la viticulture bordelaise devraient se réjouir d’être visés seulement par des enquêtes toxicologiques, quand leur place serait sur le banc des accusés pour crime d’empoisonnement. Ils se ridiculisent et enterrent encore plus l’image de la viticulture bordelaise en se livrant à des manœuvres d’intimidation peu glorieuses.
Une honte mais pas une surprise.
Quant à ceux qui les accréditent par voie de presse et qui n’ont de journalistes que le nom, il reste de la place sur le banc des accusés pour complicité.
Marie-Lys Bibeyran.

 

 

24 Réponses à “Les vins estampillés HVE contiennent des pesticides.”

  1. Bernardin dit :

    J’ai vu que Charlie Hebdo soutenait Valérie. Ça va peut-être faire bouger les lignes.

  2. Nicolas dit :

    Félicitation pour cette étude qui dénonce certains labels peu crédible. Encourageons ceux qui limites les intrants chimiques et cela deviendra la norme par la force des choses.

    Bon courage pour votre combat.
    Il faudrait le même combat en bourgogne.

  3. Matthieu dit :

    qui vous dit qu’il n’y a pas de résidus de pesticides dans les vins bio ?

  4. Matthieu dit :

    J’ai goûté un vin bio dégueulasse. Donc d’après la logique de collectif info medoc : les vins bio sont dégueulasses.
    Raisonnement pitoyable.
    Maintenant Faites la même « étude » avec les vins bio, vous en trouverez aussi des pesticides, cuivre en tête…

  5. pauly dit :

    REPONSE AU SCEPTIQUE MONSIEUR ALVAREZ :::::ILVAUT MIEUX MANGER A L ODEUR DE LA MERDE QUE MANGER LA MERDE!!!!!CONTINUONS DE MANGER BIO AINSI SEULEMENT LES SULFATEURS DISPARAITRONT

  6. Guy dit :

    Quand tout le monde sera au bio, les cours vont chuter car le bio n’échappe pas à la loi de l’offre et de la demande. Donc, le fait de dire que le viticulteur bio gagne bien mieux sa vie qu’en conventionnel, argument avancé par certains pour encourager le bio, c’est .. pour l’instant. Le bio demande plus de risques, plus de traitements, plus de passages, plus de gazole et plus de bruit… Et le bruit, ça ne plait pas à certains qui sont scandalisés, dérangés par le bruit des tracteurs, en plus des autres bruits de la campagne qu’ils ne supportent plus non plus.

    Bref, tout le monde idéalise l’existence et veut vivre sans contraintes… Vous rêvez, les gens !! vous rêvez des chimères.

    • Michel BEGUE dit :

      Je suis fils de paysan, avant nous traitions la vigne 2 fois par an. 1fois le souffre et 1 fois la bouillie Bordelaise et c était tout. En conventionnel, parfois plus de 20 produits sont retrouvés. En BIO :pas de traitement chimique, pas d engrais chimique .peu de labour. Pour favoriser la biodiversité qui aidera à lutter contre les maladies, la vigne est enherbee.Donc très peu de passage, si ce n’est la tondeuse, pour éviter l herbe haute. Comme vous parlez, je pense que vous préférez vous empoisonner avec les vins bien traités !!!

  7. goupil dit :

    Bravo pour les viticulteurs qui font du « bio » , bravo et merci de nous redonner le goût des aliments !

  8. Sansoz dit :

    Bravo, bravos pour votre ténacité et courage. C’est très décevant d’apprendre que des produits étiquetés de qualité environnementale ne le sont pas…Si tout est bidon, cessons de boire du vin….

  9. Alain dit :

    J’aimerais bien que vous fassiez le même genre d’analyses avec les vins bio.

    • Maxime Julliot dit :

      Je suis moi même producteur. Controlé 2 x par an par les instances sur tout mon cahier de production et la totalité des factures d intrants. Un millésime /2 analysé. Bilan : 0 résidus.
      Je suis également En cours d HVE : 1 contrôle aléatoire tous les 5 ans sur du déclaratif (cahier de traitement).

  10. Claire Garcia dit :

    J’admire votre courage et votre ténacité ! Quelle force. l’agriculture raisonnée est loin d’être raisonnable. Merci de le crier haut et fort et tant pis pour les empoisonneurs qui essaient de se refaire une virginité !

  11. michel ARTEIL dit :

    il est temps que les viticulteurs assument, continuer à utiliser des produits dangereux est de leurs responsabilité et aucun travaux n’a été mené sur les faibles doses et leurs effets cocktails, la profession s’en garde bien donc ou ils passent au bio ou ils perdent des clients, le consommateur doit aussi assumer que c’est lui qui décide, la chute de leurs ventes motivera les vignerons à passer au bio

  12. Misson dit :

    Le vin bio a commencé dans les années 70 grâce à des militants contre vents et marées .La bio ca fonctionne plutôt bien .
    C’est même un succès y compris pour de petits producteurs .
    Exemple : Cote de Blaye Chateau Pouyau Boisset
    Alors pourquoi continuer à empoisonner la terre et ses enfants .
    Je consomme bio à 99% depuis les années 70 / 80 . Je ne suis pas fortuné mais j’aime donner de l’argent à des petits producteurs qui travaillent avec un idéal et une éthique .
    En luttant nous pourrons peut-être gagner.

  13. Yves HALTINNER dit :

    Bonjour,
    Un grand coup de chapeau à tous vos bénévoles et merci pour ces infos que je découvre.

  14. Dharmi GAILLARD dit :

    Bravo, depuis le temps qu’on s’égosille à dire que l’agriculteur raisonnée c’est du pipeau…. Merci !

  15. Olivier dit :

    Bravo d’avoir relayé une enquête qui dérange manifestement.

  16. garry dit :

    c’est bien de dire les choses dans leur réalité. pour ma part je ne bois que du vin bio y compris au restaurant,
    s’il n’y a pas de vin bio je n’en bois pas,je n’ai pas envie de mourir d’un cancer ou autre maladie,il faut savoir se préserver

    • Alvarez dit :

      Qui vous dit que les vins  » bio » n’ont pas de pesticides ? il suffit simplement que le voisin vigneron lui aussi, traite sa vigne, et avec l’aide d’un vent favorable….

    • Matthieu dit :

      qui vous dit qu’il n’y a pas de résidus de pesticides dans les vins bio ?

    • Marc dit :

      Bonjour,

      merci pour vos commentaires. Je suis d’accord avec vous : vin bio uniquement, c’est tout et pour une occasion, une sortie… De plus, il vaut mieux boire quelques résidus qu’un concentré de pesticides.

    • Marc dit :

      Toujours la course au profit pour gagner plus et encore plus. Arrêtez avec vos pesticides et acceptez d’être moins rentables, creusez-vous la tête pour produire plus sainement. Et puis au final, le consommateur a le dernier mot : celui de choisir ses produits. De plus, avec les nouvelles technologies, l’accès à l’information, « tout se sait ».

    • Marc dit :

      On se doute qu’il y a des résidus de pesticides et du cuivre dans le vin bio. C’est utopique de croire au modèle parfait mais en tant que consommateur on peut toujours essayer choisir le « moins pire »‘.

Laisser un commentaire

L'institut Sakura |
SANTE A TOUT PRIX |
Conseil santé 66 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Fitdansestudio
| Laurence Combes
| Maviessroaccutane